La notion de verticalité

Il y a peu, j’ai reçu sur le forum de la LWE un MP d’une personne me demandant des précisions sur ce que j’entends par « verticalité »
En effet, dans ma présentation, je dis L’harmonie, l’équilibre et la verticalité me guident sur le chemin que j’ai choisi….
Or, comme j’ai fermé les commentaires de cet article, personne ne peut m’y poser la question.

Aussi j’ai décidé de prendre le temps de m’expliquer ici.

Lorsque je parle de verticalité, je parle de ce qui fait le centre de ma voie:
Il s’agit de l’exigence qui me tient et me fait tendre vers un absolu placé bien haut et que j’essaie d’atteindre grâce à un enracinement profond dans la Terre.
L’image de l’arbre en somme.
La notion de racines auxquelles je fais référence n’est ni territoriale, ni culturelle. Les racines sont plutôt à voir comme un lien avec la planète, la Terre, les courants telluriques, l’énergie chthonienne et tout ce qu’elle sous-entend: mon animalité de petit mammifère bipède.

Pour moi l’être humain n’est ni 100% animal, ni 100% divin Diable-F-Magnin(contrairement à ce qu’il croit depuis quelques siècles qu’il s’amuse à vouloir dominer la Nature en la détruisant).
L’Humain n’est ni l’un ni l’autre, mais les deux, entre les deux, il fait la connexion par sa verticalité, sa fameuse station debout qui lui permet de regarder et d’agir différemment sur son environnement.

Je rapproche souvent cette vision de la verticalité inhérente à l’humanité à l’arcane du Diable dans le Tarot: réfuter et rejeter nos instincts, notre part sombre et notre « animalité » ne nous rendra ni plus pur, ni plus proche des dieux ou de la perfection. Au contraire, accepter cette partie de nous, travailler avec cette partie sombre et accueillir notre instinct et l’intuition permet d’accéder à des niveaux de consciences indispensables à la connexion avec l’Absolu (que vous l’appeliez dieux, Idéal philosophique, Inspiration Artistique, Grand Œuvre etc…).
Bref, encore une fois, croire que le monde des Bisounours peut vous conduire à l’Illumination et à l’Éveil est un leurre!! (enfin c’est mon avis très personnel d’après ce que la vie m’a montrée…).
Attention, le but n’est pas de se complaire dans le stupre et la fornication, la facilité et le manque d’éthique!!!
Bien au contraire! mais j’y viens…

Cette verticalité est le pilier qui permet à la balance d’équilibrer les deux plateaux harmonieusement: DjedLa part qui tend au divin, la part qui tire son origine de l’animalité, l’Ombre, la Lumière.

Cette position demande d’être toujours en équilibre parfait, de « danser sur le fil du rasoir », d’être en veille perpétuelle vers l’Éveil…
Si je décide de me laisser aller à la facilité, de ramper raz de terre, je n’irais pas très loin, mais cela ne veut pas dire que je dois jouer les Jedis et les grenouilles de bénitier offusquées à la moindre ombre portée…
Au contraire. Ces ombres doivent m’intéresser, m’intriguer et me permettre d’avancer.
Comme l’humus ou du compost constitué de la putréfaction d’éléments divers permet l’émergence de nouvelles pousses fraîches porteuses d’avenir…
Je dois donc m’adapter à ce que je rencontre comme un serpent ondulant au sol s’adaptant aux aspérités mais sans rester à l’horizontale.
Un serpent à la verticale? Est-ce possible?
Oui, j’y viens. 😉

La verticalité correspond aussi au canal, à la kundalini réveillée par lesquels passent l’énergie terrestre, l’énergie divine, mon énergie vitale le long des chakras.
Comme le dit très clairement wikipedia:

La Kuṇḍalinī (devanāgarī: कुण्डलिनी, sur la racine « kundal » signifiant « boucle » ) est un terme sanskrit lié au Yoga qui désigne une puissante énergie qui se trouverait logée dans l’os sacrum. Elle est représentée comme un serpent enroulé sur lui-même trois fois et demi. Par la pratique de la méditation, la Kundalinī s’éveillerait et monterait le long de la colonne vertébrale depuis l’os sacrum jusqu’à la fontanelle, progressant d’un des sept chakra à l’autre afin de les harmoniser un à un.

Et oui, le voilà le fameux serpent à la verticale!!

La Kuṇḍalinī est indifféremment désignée comme « énergie vitale » ou « énergie divine » selon les auteurs qui l’emploient et la tradition qui l’utilise. Le déploiement de la Kuṇḍalinī conduirait à l’éveil spirituel du pratiquant et à la plus haute conscience de soi.

Bref, dans la notion de verticalité outre la quête d’absolu je mets aussi l’éthique, l’exigence et la volonté de s’alléger: chercher à être la plus pure expression de soi même.

Et encore une fois, je crois qu’Isis n’est pas venue à moi en chemin pour rien…

La prochaine fois je vous dirais comment je peux « croire » aux dieux sans croire qu’un groupe de géant vivent au somment de l’Olympe. 😉

Tout est dans l’archétype!

A suivre donc.

Share This:

6 réflexions au sujet de « La notion de verticalité »

  1. La prochaine fois je vous dirais comment je peux "croire" aux dieux sans croire qu’un groupe de géant vivent au somment de l’Olympe.

    Tiens, tiens, ça me dit quelque chose… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.